3 ans

« La semaine a été hard. » Rien de bien particulier, juste une sale bande de détraqueurs qui rôdent et me mettent le coeur/la tête/le corps (au choix/les trois) à l’envers.
Il y a des vendredis où la petite liste sort toute seule, sans effort. Aujourd’hui ce ne sera pas le cas. Mais c’est ça qui est génial: en commençant à rédiger ce post, je n’ai aucune idée de ce que je vais y mettre… A première vue je n’ai que ça à dire, avec ce corps qui semble avoir cent (mille) ans et cette fatigue d’âme qui a trop vécu: « semaine hard »… et pourtant d’ici un quart d’heure, cela aura changé. Je me serai concentrée sur le bon et aurai eu toute une série de petits bonheurs qui seront remontés, l’air de rien, à la surface. Et ce que j’aurai à dire c’est: « semaine hard mais riche en ptits bonheurs ».
Il semble que le bonheur ne soit pas une chance, un hasard, un truc tout cuit qui te tombe dessus et pas de bol pour les autres. Un truc qui va, qui vient et quand c’est fini, c’est fini.
Non, il semble que le bonheur ressemble plus à une vocation. Un truc que tu travailles. Parfois avec légèreté, parfois au burin et au marteau…c’est selon… mais un travail accessible à tous, pour peu qu’on soit prêt à se retrousser les manches.
Alors, « Wake-up darling! Wake up boy! Au boulot! » et que dans cent ans, quand ton âme fatiguée de vivre s’en ira se reposer tu puisses dire : »c’était hard la Vie mais riche en bonheur! »

– Prendre le temps de parler, beaucoup. En commençant par écouter.
– Découvrir mon panier vert. Préparer, tester des goûts nouveaux. Me régaler .
– Recevoir des nouvelles du boulot. Voir que ce que j’avais amorcé auprès de nos partenaires semble continuer sur sa lancé. Me sentir rassurer.
– Dénicher une super idée de cadeau pour Ptilou et un autre pour La Loupiote (St Nicolas s’y prend tôt cette année).
– Me pouponner chaque matin avec une petite crème qui troooooop bon!
– Papoter avec MiniMax qui semble tenter de répondre à grand renfort de mimiques et de petits sons fondants
– Etre réveillée par l’odeur des crêpes qui cuisent
– constater que cela fait aujourd’hui un an que je me suis lancée dans cet exercice du vendredi les yeux ouverts, que je ne m’en lasse pas et que vous êtes un peu plus que les 6 du début à y puiser quelque chose.

Bon anniversaire chers Vlyoyeurs!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *