En attendant ce jour

Demain j’aurai 33 ans.
Enfant, je catégorisais cet âge dans la tranche « vieux ». Il me semblait que, passé un certain âge, 20 ans, on était vieux. Je ne suis plus du tout d’accord avec ce mode de classification! (Tiens, tiens, comme c’est étonnant!) J’ai grandi, j’ai vieilli mais je ne suis pas pour autant vieille.
Je le serai le jour où j’utiliserai l’excuse: « On (je) ne me changera(i) plus », le jour où je commencerai à me considérer comme une cause perdue.
En attendant ce jour, je vais continuer à grandir, à vieillir, en sachant que je peux encore changer, évoluer et en m’accordant cette chance. Creuser au fond de moi pour m’y trouver encore meilleure car vieillir c’est m’effeuiller et me découvrir. Le jour où je me figerai, alors, je serai vieille.
Quand je ne me saurai plus petite, quand je penserai ne plus rien avoir à apporter au monde et ne plus rien devoir en apprendre, alors commencera la vieillesse.
En attendant je vais vieillir en continuant à travailler la terre dont je suis faite, à la mettre mouvement, la nourrir, y semer et y cueillir. Car vieillir c’est m’abreuver, m’ouvrir au vents qui passent et porter du fruit. Être vieille, c’est laisser pourrir mes fruits et trembler à la moindre brise.
Je serai vieille au moment où je ne verrai que l’ombre sur le monde et où je ne favoriserai plus la lumière.
En attendant je vais vieillir et rire.
Je serai vieille le matin où je ne m’étonnerai plus de voir un nouveau jour se lever et où je prendrai le fait de le vivre pour acquis.
En attendant je vais vieillir en saluant ma chance en même temps que le soleil levant.
Et si j’avais un vœux à formuler pour mon anniversaire ce serait celui-ci: J’aimerais mourir avant de cesser de vieillir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *