Sursaut de grizzly

A la demande unanime d’une personne, je secoue un brin le poil de grizzly que je suis pour rédiger un ptit vlyo. Bon, je ne sais plus depuis quand j’hiberne. C’est donc du vrac.

  • « ça fait du bien un moment comme ça, juste ensemble » Milou, un vendredi soir, à 5 dans notre petite salle de bain.
  • Les quatre premiers accords de « Stairway to heaven » et la voix fluette de Maxchou qui se met illico à chantonner tout le solo de guitare qui démarrera 6 minutes plus tard. Coolitude intégrale.
  • les « culumets » de Louichou et les »biboux » de MiniMax
  • Maman, Claire et moi pour un après-midi. Même pas peur du Yéti
  • Une demande en marrainage qui me sort le cœur de la poitrine
  • l’hiver en moi, savoir que dans le secret de la terre, ça commence à germer
  • Louichou qui à la fin de chaque album regarde les deux conteuses en murmurant »encore un… oui? »
  • des circuits-tour-du-monde au sous-sol
  • Abracadamoi
  • Les liens que l’ont tissent et qui ne se défont pas malgré toutes mes maladresses
  • Entendre des points de vue variés sur mes loupiots
  • le plaisir de lire qui redéboule soudain
  • les tisanes, les noix de pécan (et le chocolat noir aussi, toujours)
  • le petit tour dans la rosée du matin (pas encore à pieds nus en hiver mais un jour, sans doute, en digne arrière petite fille de Joséphine)
  • Au terme d’une petite heure de dessin ensemble, l’émerveillement de Milou devant ses propres croquis. « On dirait que je rêve… Parce que je rêvais de savoir faire ça » et ses compliments à son petit frère « je comprends pas comment tu fais, on dirait que tu fais de la magie quand tu dessines »
  • 35 ans et toutes mes dents
  • Enquêter avec Milou auprès de ses grands parents. Ecouter les couleurs de leurs enfances
  • un petit tour au pêle-mêle et ses conséquences
  • les imperfections des cailloux au fond de mes poches, interstice rugueux dans leurs sufaces polies
  • Une soirée avec Catherine, Rumi et Chams de Tarbize. « Soufi mon Amour ». Ouvrez le livre, vous comprendrez
  • Max qui après quatre jour d’école défend que « c’est MA badame Biguitte! »
  • Les vendredi-pas-au-boulot qui se suivent et ne se ressemblent pas
  • du temps à nous, na

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *